Divers

Lettre à Mes Frères & Soeurs

Il doit être 6h du matin lorsque j’entame ce billet qui, croyez-moi me vient du fond du cœur. Assez différent du genre littéraire que j’ai l’habitude d’écrire d’ailleurs. Pour être honnête cela fait un bon moment que l’envie d’écrire cette lettre me traversait la tête. J’attendais juste de trouver le bon moment. Quel bon moment ? Je le fais maintenant parce que sans doute je traverse un moment assez mélancolique qui m’a fait penser à vous tous en même temps.

C’est la première lettre que j’écris à mes frères et sœurs.  Ça sera sans doute la dernière. Il m’arrive souvent de me dire que  c’est quand même une bénédiction, qu’on soit tous là, si loin mais si proche, chacun prêt à donner sa vie pour l’autre. Cette lettre j’ai voulu l’écrire parce que vous me manquez. La chaleur familiale que me procurait l’idée d’avoir Dix autres frères et sœurs dans la même maison me manque. Les rires, les disputes, les repas en groupes, les anniversaires surtout….

A chacun de vous, j’ai quelque chose à dire :

Ma très chère K.

Tu dois surement avoir sur tes épaules l’énorme pression d’être l’ainée de dix enfants. Mais tu sais sur plusieurs plans j’ai eu l’impression qu’on était deux à porter ce poids. Peut-être qu’on te demande beaucoup, ou peut-être pas assez. Je tiens juste à te dire que tu es une réelle inspiration pour moi. Je suis tellement fière de clamer haut et fort que je suis ta sœur. Merci de me faciliter autant la tache lorsqu’il est question de rechercher un modèle à suivre. Nous n’avons certes pas été proches au point de se confier des secrets, mais une chose reste claire, lorsque je serai dans le déni (ce qui est déjà arrivé d’ailleurs) je sais que tu seras là pour moi et Dieu sait que j’ai confiance à tous conseils venant de toi. Merci d’être si douce et généreuse. On a de la chance de t’avoir.

Mon cher O.

Tu sais, je n’ai pas d’énormes souvenirs d’enfance avec toi. Je crois que tu es parti assez tôt et le fait qu’on soit de sexes opposés n’a pas réellement joué en faveur de notre rapprochement. Ce dont je me rappelle nettement se déroule maintenant. J’adore le fait que tu me considère comme une adulte. Nous avons su développer une certaine complicité qui, au fil du temps m’est devenue tellement chère. Tu me fais confiance et cela compte énormément pour moi. Je suis heureuse du fait qu’on arrive à se retrouver même après plusieurs mois passés sans se parler. Je dois t’avouer qu’il est arrivé des moments ou mon frère m’a manqué, ou j’aurai aimé me sentir plus en sécurité, mais j’ai très vite compris que peu importent les épreuves, je pouvais compter sur toi. Et tu sais que toi aussi tu peux compter sur moi, je reste ton soldat numéro un ! Tu me manque beaucoup.

Ma chère L.

Je dois t’avouer que parmi tous, tu es celle que je redoute le plus. Pas que tu fais peur, non loin de là. C’est juste que j’ai l’impression qu’il me faut faire les choses bien, sans aucune erreur quand il s’agit de toi. Je fais souvent attention à ce que je te dis, je fais tout pour trouver les bons mots. J’essaie constamment d’être à ta hauteur, à la hauteur de tes attentes. Je crois avoir compris c’est quoi le vrai problème. Nous avons traversé ensemble beaucoup d’épreuves étant petites. Certaines douloureuses malheureusement. Tu étais en quelque sorte ma jumelle de la famille. Cela ne dérangeait pas vraiment quand on était petite. Mais ensuite nous avons grandi, et toi, 2 ans plus vite que moi. Il m’a été difficile de me détacher de cette image, et de redevenir la petite sœur. Je voulais être ton amie, me mêler de tes affaires et tant d’autres. Mais que faire ? Il fallait bien que je comprenne un jour que tu étais ma grande sœur. Une sorte de distance s’est installée entre nous et n’a pas arrêté de croitre au fil des années. Malheureusement ! La complicité de notre enfance me manque. J’espère qu’on la retrouvera très bientôt.

Oh ma chère S.

Je ne sais quoi te dire à part que je suis désolée. Je suis tellement désolée car j’ai l’impression de t’avoir en quelque sorte abandonnée. Je crois que tu étais ma meilleure amie de la maison. Et voilà que c’est à peine si je te donne des nouvelles de moi. Pourtant je pense souvent à toi. Et à toutes ces épreuves que tu dois surmonter… si jeune. J’admire ta détermination à vouloir poursuivre tes rêves.  Peut-être que je ne te donne pas cette impression, mais sache que je te garde dans mon cœur et dans mes prières. J’espère que tu es heureuse de là où tu es. Continue ce que tu fais, reste forte comme tu l’as toujours été. Je t’envoie plein d’ondes positives et de rayons de soleil ma petite complice.

Mon cher M.

Je dois t’avouer que tu me trouble ! En fait ton cas me trouble, je m’explique. Tu es tellement plein de contradictions ahh lala. Peut-être suis-je la seule à le voir, mais je suis tellement confiante sur ce qui concerne ton avenir. Non, je ne me fais pas de soucis ! J’adore ce côté protecteur que tu as avec moi. Cette envie que tu caches à peine de vouloir m’offrir le ciel. Je suis tellement fière de l’homme que tu deviens. Il faut que tu sache que moi autant que toi mettrai tout ce qui sera en mon pouvoir pour que tu réalises tes rêves. Si je devais tout hypothéquer pour cela, je le ferai sans aucune hésitation. Pense à m’appeler un peu plus souvent par contre. Longue vie et santé Baby, le reste on l’achètera…

Ma douce S.

Un peu folle sur les bords, mais tellement douce. Je vais être honnête, tu me fascines. Je ne sais pas si on te l’a déjà dit, mais tu dégage une aura de pureté qui m’a toujours subjuguée. Je parle beaucoup de toi à mon entourage, et souvent on me dit que lorsque je le fais mes yeux brillent. Comment peuvent-ils ne pas briller, alors que je parle d’un ange ? Ton intelligence est ta force ! Cette facilité relationnelle que tu as également. Tu apaises les gens qui t’entourent, tu m’apaises… on ne se parle pas souvent, mais à chaque fois qu’on le fait je me sens tellement bien. L’un de mes plus beaux jours a été quand tu m’as dit que tu voulais être comme moi un jour. Et en tant que grande sœur on ne peut espérer entendre plus beau. Continue de faire ce que tu fais, pluie de bisous.

Mon beau P.

Je crois que c’est connu de tous que tu es mon préféré. Tu es celui avec lequel j’ai passé plus de temps. Je dis souvent que tu es mon bébé et que c’est moi qui t’ai éduqué. Ça a été très dur pour moi lorsque tu es parti. Tu m’avais l’air tellement petit, tellement fragile. Je crois que je t’ai un peu trop gâté.  Mais aujourd’hui lorsque je vois l’homme que tu es devenu, je ne peux que bomber le torse. Tu es quelqu’un de très intelligent. Mais cette intelligence est malheureusement voilée par ton coté paresseux et par ton manque de confiance en toi. Ne te fie pas trop à la beauté physique, elle n’est qu’éphémère. Travaille sur ta personnalité et tout ira bien. Tu me manques tellement, j’ai hâte de te serrer dans mes bras très bientôt.

Ma petite H.

Autant il y’a cette connexion avec les autres autant ça ne marche pas avec toi. Je sais que tu veux que je sois plus présente dans ta vie et crois moi je ferai le nécessaire pour. Mais il y’a tellement de choses qui nous séparent. L’Age je serai tentée de dire, le comportement ensuite et les idéaux enfin. Tu as de la chance par contre, tu as des sœurs toutes formidables les unes des autres et j’espère qu’il ne te sera pas difficile de trouver ta voie. Tu es encore très jeune et tu entames ton adolescence, je te promets d’être plus présente dans ta vie afin d’être sure que tu feras les bons choix.

Mon Petit A. et mon bébé M.

Je crois mon mariage a eu raison de nous. Je suis partie trop tôt et je n’ai pas du tout eu le temps de vous voir grandir. Je suis tellement désolée de ce complexe qui s’est créé entre nous.  Ça me déchire le cœur de s’avoir qu’il n’y ait pas un sujet de conversation qu’on pourrait avoir. Mais qui y’a-t-il de plus fort que les liens du sang ? Je suis votre sœur et ça pour toujours. Je vous aime très fort.

Je me sens beaucoup mieux après avoir écris ces quelques mots. Vous me manquez tous. Je reçois cela comme une immense bénédiction de vous avoir tous autour de moi.

Une longue vie et une santé de fer !

De tout mon Cœur,

Mariama.

1 réflexion au sujet de “Lettre à Mes Frères & Soeurs”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s